3 films

Hier soir, occasion rare de faire une soirée ciné. Chance, plusieurs films au programme me disent vraiment bien. Problème, lequel choisir ?

Pour une fois, à toi de faire un prono : quel film ai-je choisi au final ? Indice : je sais pas ce que valent les deux autres du coup, mais j’ai pas regretté mon choix.
Question bonus : tu serais allé voir lequel toi ?

Publicités

Jeux Olympiques !

Ça n’a pas pu t’échapper, les JO ont commencé !

Et en plus c’est les JO d’hiver, et perso les sports me parlent beaucoup plus que ceux d’été.
Même si on peut reprocher beaucoup de choses aux JOs (sport business, budgets colossaux, un CIO douteux…), moi ce que j’en retiens c’est surtout une opportunité de mettre en valeur des sports qui passent une fois tous les 4 ans à la télé sur une chaîne publique. Ça nous change de l’overdose de foot.

Bref, pour ma part je vais surtout essayer de regarder le biathlon (la revanche au mental de Fourcade aujourd’hui !), les épreuves de ski alpin (go Victor pour le combiné demain, réveil à 7h00 pour le slalom !), et puis apprécier ce que je verrai au hasard des programmes. Tiens par exemple, les runs de ski de bosses sont assez dingues, et y’a des sports que je trouve assez injustes.

Et toi, tu vas regarder un peu ? Quelles sont les épreuves qui t’intéressent le plus ?

Bravo Victor !

Un petit article pour féliciter le français Victor Muffat-Jeandet, qui a décroché vendredi à Wengen (Suisse) sa première victoire en coupe du monde de ski alpin, dans l’épreuve du combiné (une manche de descente, et une de slalom) !
Et comme il a fait ses débuts dans le même club que le mien et que je le connais donc de loin, ça fait super plaisir pour lui !

J’aime bien l’esprit de cette épreuve du combiné, qui récompense la polyvalence des skieurs sur la vitesse d’une part et la technicité de l’autre.

Pour revoir sa descente, ça se passe ici. Il fini 27ème, tout juste dans les 30 premiers.
Super important car l’ordre de départ du slalom est inversé pour ces 30 coureurs.
Victor est donc parti en 4ème lors de la seconde manche, sur une piste encore en bonne condition (malgré le brouillard), et il signera le meilleur temps pour s’offrir la victoire au général !

Et pour finir, son interview sympa d’après-course est ici ! Prochain épisode du combiné aux JO !
Bravo !

Nouvelle année (bis) !

Et allez, une de plus ! Rétrospective rapide donc de l’année 2017 sur onsedetend.fr

D’abord les statistiques de visites :

Légèrement moins de visiteurs, de visites et de commentaires donc, comparé à 2016.
Surement lié au nombre d’article, lui aussi en petite diminution de 18 à 15, mais comme ça reste plus qu’un par mois, l’honneur est sauf.

Du côté des articles, toujours une belle diversité je trouve, même si les thèmes tennis / musique / IA ont dominé les débats.
Les deux articles qui ont reçu le plus de visites étant d’ailleurs clairement les deux sur CodinGame.

Côté pronos, c’était 100% tennis cette année, et 100% de bons vainqueurs :

A noter que j’avais blogué à retard sur le match AlphaGo – Ke Jie, mais j’aurais évidemment parié sur un 3/0 pour AlphaGo.

Pour varier, je vais arrêter d’écrire sur le tennis pro cette année, et essayer de remplir deux catégories qui sont un peu vides pour l’instant : Jeux (étonnamment ?) et surtout Film & Série.

Bonne année !

The Jazz of Physics

Je viens donc de finir un ouvrage étonnant : The Jazz of Physics, où l’on apprend que John Coltrane était fan d’Einstein et de ses théories !
Il incorporait ainsi dans sa musique beaucoup de concepts scientifiques et physiques tels que la géométrie, la brisure de symétrie, les cycles, l’invariance… et l’auteur voit très clairement la structure de l’univers « transpirer » dans ses solos. A partir de là, est-ce vraiment étonnant de le voir intituler ses derniers albums « Interstellar Space » ou « Stellar Regions » ?
Le dessin ci-dessus, réalisé par Coltrane lui même, témoigne de l’approche « mathématique » qu’il avait de la musique. Et si tu veux comprendre où se cache la gamme pentatonique dans le schéma, hé bien il ne te reste plus qu’à lire le livre !

Stephon Alexander, l’auteur donc, un physicien théoricien et musicien de jazz, affectionne tout particulièrement le concept de l’analogie. C’est ainsi qu’il développe des théories de l’inflation cosmique et donc de la structure de l’univers en se basant sur la vibration des cordes (celles de la théorie… ou du piano ?). L’improvisation est au cœur de sa démarche scientifique, très clairement inspirée par sa passion du jazz.

Le propos est vraiment passionnant, car il permet tout au long du parcours de l’auteur de se faire une idée de la manière de travailler des géants de la physique théorique et du jazz, en plus de révéler des liens insoupçonnés entre le fond diffus cosmologique et la musique.
Comme d’habitude, je prête à qui veut !

The Jazz of Physics – Stephon Alexander (en anglais)

Une finale demie-inattendue

Je t’avoue que cette finale ne m’emballe pas plus que ça. Tous les pronostiques et cotes le montrent, Anderson va probablement subir un calvaire ce soir, à moins qu’il ne sorte un match magistral au niveau tactique, physique, technique et mental. Rien que ça, pour sa première (et de loin) en finale de grand chelem.

Le finaliste de grand chelem le plus improbable depuis belle lurette, grâce à un tableau déséquilibré (merci Murray) et décimé dans sa partie basse, est donc condamné à l’exploit pour battre un Nadal qui m’a étonné dans ce tournoi. On va dire qu’il n’arrivait pas franchement confiant à l’US Open, après une tournée sur dur assez médiocre.

Bref, tout ça s’est ressenti dans mon tableau de prono (ils ont la bonne idée d’en faire un officiel pour l’USO), et je finis bon dernier de notre groupe d’experts autoproclamés:

Le premier au général étant à 180 points… il avait anticipé cette finale et la victoire de… Nadal (pas fou non plus le mec).

Bon, je sais pas si ça a une quelconque valeur après tout ça, mais je te livre quand même mon prono : Nadal en 3 !

Apprendre

« Pendant toute ta vie, vis et apprends : vis pour apprendre ; apprends pour vivre. »

Voilà ce que dit un proverbe allemand. Et effectivement, quoi de plus intéressant et amusant que d’apprendre de nouvelles choses, dans des domaines variés ?
Aujourd’hui je veux te parler de Mike Boyd et donc de sa chaine youtube qu’il a commencé il y a pile deux ans.
Concept simple : il se met au défi d’apprendre à faire quelque chose de nouveau, puis se filme pendant tout l’apprentissage jusqu’à la réussite.
Voilà par exemple ce qu’il a appris en 2016 :

Alors pourquoi c’est intéressant ?

  • Le mec n’est pas un extra-terrestre, il le dit lui même : « I’m not special, I’m not particularly smart, I’m not talented »
  • Et pourtant tu seras étonné de la vitesse à laquelle il apprend (cf ci-dessous)
  • Il touche à des domaines super variés : monocycle (2h38), Rubik’s cube (16h03 pour le faire en moins de 2 minutes), musique (7h38 pour jouer Take Five au sax en bambou, alors qu’il ne sait pas en jouer), hack d’une machine à café (7h29), musculation (31h pour passer 5 « muscle up » à la suite)…
  • Les vidéos sont sympas, avec de l’humour et bonne musique, pas trop longues…

Voilà moi je trouve ça motivant et inspirant de voir comment il fait pour apprendre aussi vite, et ça met en valeur deux qualités que je trouve essentielles : patience et persévérance !

Pour finir, les vidéos des exemples que j’ai donnés (si tu n’en vois qu’une je te recommande le sax en bambou) :