Capital du milliardaire, c’est comme les gaz à effet de serre

Je n’écoute pas France Inter tant que ça, mais c’était le cas ce matin et la chronique de Nicole Ferroni m’est bien restée dans l’oreille, je l’ai trouvé très juste tant au niveau du ton que du propos !

Alors ni une ni deux et sans plus attendre, je te la partage et tu peux la réécouter (et également la voir en vidéo) ici !

https://www.franceinter.fr/emissions/le-billet-de-nicole-ferroni/le-billet-de-nicole-ferroni-04-decembre-2019

Watchmen

Watchmen m’a scotché. Et pourtant je ne suis vraiment pas un fan des univers de super-héros, je ne suis même pas capable de faire la différence entre Marvel et DC Comics, je n’ai vu aucun des films classiques…

…mais j’ai accroché immédiatement à Watchmen :

  • les graphismes sont excellents et très riches (alors que c’est en général ma raison première pour ne pas lire un comics)
  • les super-héros n’ont pas de super pouvoirs (sauf un), on entre donc pas dans la surenchère classique qui va avec et qui me fatigue
  • l’univers est étouffant à souhait, avec des super-héros qui ne sont plus forcément légitimes ni appréciés (certains sont même complètement barjot), et avec en toile de fond la 3ème guerre mondiale et l’holocauste nucléaire qui en découlerait
  • plein de personnages secondaires, dont les histoires s’entremêlent dans l’espace et dans le temps, donnant une vraie épaisseur aux personnages et au récit
  • un scénario plein de rebondissements (c’est peu de le dire – je mets quiconque au défit d’imaginer la fin même aux 3/4 du livre)

Bref, pour moi Watchmen a coché toutes les cases. Je suis honnêtement pas sur que ça plaira à tout le monde (ah oui c’est quand même très violent), mais si tu as l’occasion fonce !

L’effondrement

Je t’avais parlé il y a quelques temps de cette chaîne YouTube « Les Parasites« , qui traite avec style de sujets assez variés. Et les voilà qui viennent de publier leur dernier projet !

Le sujet cette fois, c’est l’effondrement, connu aussi sous le nom de collapsologie. Alors je connais pas franchement ces « théories » et vu de loin ça me parait quand même assez improbable.
Mais je trouve sympa de rentrer dans le sujet en douceur via l’angle de la fiction.

On va donc avoir droit à 8 épisodes d’une vingtaine de minutes, diffusés au rythme de 1 par mois.
Cerise sur le gateau, ces 8 épisodes sont tournés en 8 plan séquences, et perso depuis Snake Eyes j’en redemande !

Alors voilà c’est parti pour l’épisode 1 !

La rentrée Jazz est copieuse !

Ca faisait un petit moment ! L’été est passé… puis la rentrée… et à ce propos, niveau jazz elle est copieuse !
Petit tour d’horizon des sorties qui m’ont marquées.
Et nouveauté, au lieu de mettre en plus de la classique vidéo un lien vers Spotify (c’est la plateforme que j’utilise mais pourquoi te l’imposer ?) je vais utiliser Odesli qui te donne le lien vers la plateforme de ton choix.
Comme d’habitude, la plupart des titres sont dans le désormais classique Best of TSF !
Allez c’est parti.

On commence avec un nouvel album du pianiste Jamaïcain Monty Alexander. La musique de Monk sur des groove reggae, personne ne l’avait encore fait à ma connaissance… et c’est top : https://album.link/fr/i/1473869802

On enchaîne avec un disque hommage à Michel Petruccianni, par Laurent Coulondre que je découvre à cette occasion. Très bel hommage et grand plaisir à redécouvrir des morceaux de Michel sous un nouvel angle : https://album.link/fr/i/1470255159

Pour continuer, un nouvel album d’Eric Legnini, dans une formule trio originale piano / guitare / contrebasse. Formule gagnante avec par exemple ce joli « Boda Boda », et des solos d’Eric complètement out. J’adore : https://song.link/fr/i/1471345576

Et voici un OSNI avec ce nouvel album posthume de Miles Davis. Même si je ne suis pas fan de tous les morceaux, certains comme « Give It Up » envoient du lourd : https://song.link/us/i/1468251716

On découvre également sur cette rentrée le nouvel album d’Ibrahim Maalouf, S3NS, aux couleurs latines et invités de marque avec par exemple Robert Fonseca : https://album.link/fr/i/1468110178

On passe maintenant à une belle découverte avec cet album d’Ashley Henry, accompagné par Theo Croker sur « Introspection » : https://song.link/fr/i/1456111213

Le groove d’Eric Truffaz resurgit en cette rentrée, avec une « Lune rouge » bien planante ici en live sur TSF Jazz : https://song.link/fr/i/1480241632

Et pour finir, Roberto Fonseca (encore lui !) sort un nouvel album. Et comme à chaque fois c’est du bonheur dans les oreilles : https://album.link/fr/i/1478002634
Là je te mets un live enregistré à l’antenne de TSF Jazz !

Voilà !
Si avec tout ça certains pensent que le jazz appartient au passé… En une seule rentrée l’actualité (et la diversité !) de cette est musique est plus que démontré.

Série FPP : conclusion

Voilà la conclusion des 5 jeux que je t’ai présenté :

Finalement leur point commun majeur, c’est de te projeter dans un monde imaginaire dont il va falloir comprendre les « règles » petit à petit, et par toi même. Les distorsions qu’ils proposent par rapport à notre monde sont variées (gravité changeante, téléportation, temps non linéaire, espaces non linéaires…) et super sympa à expérimenter.

Et si je ne devais en choisir qu’un ? Une question bien difficile, mais je pense que je partirais sur Talos Principle, c’est celui auquel j’ai eu le plus de plaisir à jouer tant au niveau des énigmes que de la trame de fond. D’ailleurs ça tombe bien il est soldé à 85% en ce moment sur Steam (donc 6 euros) !

Et toi alors, est-ce que ça t’a donné envie d’en essayer certains ? Si oui, t’en as pensé quoi ?

Série FPP épisode 5 : The Witness

C’est déjà le dernier épisode de la série, qui se conclut donc avec The Witness !

Comme dans les autres jeux déjà présentés, ici on est lâché dans un monde sans savoir ni ce qu’on fait là, ni les règles qui le régissent.
Ce monde c’est donc une grande île colorée de toute beauté, qui comporte des régions très différentes (village, châteaux, jungle, désert, montagne…), et on est complètement libre de s’y promener.
L’impression étonnante que ça m’a laissé, c’est que l’île est à la fois immense (beaucoup de régions, de recoins à explorer…) et en même temps pour se rendre d’un point donné à un autre, il ne faudra jamais plus de quelques minutes de promenade dans ce jardin sorti tout droit d’un rêve.

Sauf que… ah oui il y a des énigmes à résoudre pour accéder à certains bâtiments ou domaines de prime abord verrouillés. Ce qui est amusant, c’est qu’elles se présentent toutes sous la même forme, à savoir un panneau de contrôle dans lequel il faut établir une connexion entre un point de départ et une arrivée, et pourtant elles sont toutes différentes dans les mécanismes mis en oeuvre pour les déverrouiller ! De plus, et c’est là où le jeu est génial, même si personne n’est là pour t’expliquer quoi que ce soit, le jeu prend toujours soin de te montrer différents panneaux très simples de manière à ce que tu comprennes par toi même les règles en vigueur.
Je sais pas si je suis très clair, alors voici un exemple :

Là sur chaque panneau, le joueur a déjà relié (au début par essai / erreur) le gros point bleu clair à la sortie. Est-ce que tu vois quelque chose d’assez évident dans les solutions ?

  • Oui ? Ben tant mieux, parce que dans le jeu tu trouveras 1000 fois plus dur, certaines énigmes sont vraiment casse-tête
  • Non ? D’accord à voir comme ça en statique c’est pas évident, mais essaye le jeu (ou regarde la vidéo ci-dessous) et tu verras la satisfaction de comprendre par soi même

A noter aussi que pour beaucoup d’énigmes la prise en compte de l’environnement (les arbres, reflets de soleil, reflets dans la mer…) est indispensable. Super sympa.

Pour finir, une petite critique : à la fin du jeu, j’ai compris les règles de ce monde, mais toujours pas ce que j’y faisais ! Niveau scénario, c’est donc très très léger.
Et comme d’habitude, le trailer qui va bien :

 

Série FPP épisode 4 : The Talos Principle

Au niveau des énigmes / puzzles, Talos Principle est tout bonnement excellent. Et il l’est aussi sur le reste (trame scénaristique légère mais intrigante sur le rapport de l’homme à son « créateur », environnements superbes, musiques et sons d’ambiance pour une bonne immersion, messages énigmatiques et philosophiques, mini-jeux dans le jeu, des œufs de pâques de partout pour les chassœufs en herbe, des bonus très durs à collecter pour ceux qui aiment une grosse difficulté…).

L’outil de base à notre disposition et qu’on voit sur l’image, c’est le réflecteur, qui permet de transmettre et orienter les faisceaux laser pour que ceux-ci activent des interrupteurs, donnent de l’énergie à diverses machines, etc… Petit à petit, le nombre d’outils à notre disposition augmente mais sans exagération (6 en tout), ce sont plutôt les combinaisons entre eux qui sont infinies, débouchant sur des problèmes complexes, super variés, et aux solutions que je qualifierais souvent d’élégantes.

Cerise sur le gâteau, c’est un jeu en « monde ouvert » dans lequel on peut se balader librement, donc pas (trop) de prise de tête sur une énigme qui nous résiste, il suffit de passer son chemin et d’y revenir plus tard avec les idées fraîches et une inspiration renouvelée.

Vraiment un gros coup de cœur ce jeu.
Allez comme d’habitude je te laisse avec un trailer pour t’en faire une idée plus précise :