100 euros

Retour de vacances, frigo vide (sauf bières…), c’est l’heure de faire des courses.
40 minutes plus tard, alors on a quoi en 2017 pour 100 euros ?

Idée bizarre que de bloguer sur sa liste de course j’en conviens, je ne sais pas pourquoi ça m’a pris comme ça en remontant dans l’ascenseur. Mais je trouve marrante l’idée de soumettre à la critique mon caddie, et surtout de pouvoir y revenir dans quelques années pour voir ce qu’on mangeait en 2017.
Bref. A garder en tête avant toute critique acerbe des achats, je vais récupérer un gros panier de fruits et légumes via une Amap mercredi, donc je suis plutôt léger sur ces deux catégories.

  • 2 kg de pâtes Barilla : j’avoue, il y avait une promo. Tu noteras quand même les 4 formes différentes.
  • Ravioles : toujours pratique pour un repas rapide un soir de flemme (1 minute de cuisson qui dit mieux ?)
  • Pâtes Rana : idem
  • Parmesan : 2 paquets par session de course, indispensable. Plus il va agglomérer et faire des boules, et plus Antonin sera content.
  • Saint Agur : je sens qu’on va me critiquer sur celui là… mais Sylvie aime bien, et j’avoue j’en prends aussi si parfois.
  • Salakis : comme pour le parmesan, en été c’est 2 unités sans réfléchir, c’est simplement délicieux avec les salades en tous genres (et bien plus gouteux que la mozza si tu veux mon avis)
  • Gorgonzonla : ça faisait longtemps, et il y aura des galettes à garnir
  • + divers fromages, dont un Chabichou du Poitou AOP qui me permettra de cocher un nouveau fromage dans mon livre de recensement !
  • Crème et beurre : la base. Les bretons me diront que c’est pas du beurre, mais qu’ils se rassurent il en restait « du vrai » au frigo, l’honneur est sauf.
  • Yaourts vanille : les préférés d’Antonin
  • Tomates noires : elles m’ont fait de l’œil, je n’en ai jamais mangé je pense, alors j’ai pris même à 6 euros le kil
  • Poivrons : il y en a rarement dans le panier, c’est polyvalent, et au top dans une salade de tomates (rouge, vert et noir ça va claquer non ?)
  • Jus de fruits : un verre le matin et ça repart. Les Tropicana du rayon frais sont pas donnés, mais le gout du fruit est bien là
  • Coca : un deuxième tacle pour moi ? Hé bien j’ai des amis qui aiment ça, et oui ce sont quand même des amis !
  • Pains au lait : pour Antonin
  • Patates douces : un espoir de faire manger autre chose que des pâtes à Antonin…
  • Des œufs : pour accompagner les salades, en omelettes… comme on mange très peu de viande, on a plutôt une grosse conso d’œufs !
  • Salade Mesclun en sachet : j’avoue une grosse flemme, et pouvoir juste mettre la salade direct dans le saladier…
  • Avocats : bio mais du Pérou (allez comprendre la logique), un craquage…
  • Jambon : quasiment la seule viande que mange Antonin
  • Nuggets de poulet : heu, un autre essai pour faire manger Antonin. Tacle nutritif ?
  • Compotes en gourdes : très mauvais d’un point de vue de la quantité d’emballage, mais tellement pratique…
  • Céréales diverses : pour des petits dej de champion
  • Bocal d’olives : probablement pour un futur caviar d’aubergines
  • Bocal de haricots : un légume qu’Antonin aime bien (la plupart du temps disons) !
  • Du pain : la base
  • Champignons bio : pas sur la photo, mais c’est bon !
  • Des galettes : à garnir avec tout le reste, pour se faire plaisir le weekend prochain

Et voilà ce qu’on a pour 100 euros en 2017, dans un carrefour market d’une région plutôt chère…
Alors tu me mets combien de tacles sur cette liste ? Et toi qu’est-ce tu aurais ajouté / enlevé sur des courses de frigo vide ?

Publicités

… et on part dans le délire de Jean-Kevin !

Jean-Kevin

Jean-Kevin, c’est l’un des personnages du blog ABAM de Guillaume Long.
Jean-Kevin, il maitrise plus le parler djeuns que la cuisine, enfin disons que son crédo quand il croit cuisiner, c’est surtout de pas se faire iech en mode #osef.
Jean-Kevin stuv, tant qu’il peut poser un selfie sur FB de lui en train de cuisiner histoire de pécho easy, raf de la recette gogo yolo.

Bref, si tu veux apprendre comment ne pas faire une carbonara, puis comment la faire, ça se passe ici :

Si c’est plus le taboulé qui te fait kiffer ta race, bro :

Et pour finir, il revient ce jour même avec l’écologie selon Jean-Kevin, où comment faire un burger bio-éco-équitable, tout un programme les huskys !

… et on racle !

raclette

Résumons : t’as fait du ski toute la journée, il fait froid, t’as une faim d’ogre, la journée a été excellente, la journée a été merdique, t’as des potes chez toi catégorie « du lourd à table », ta dernière raclette remonte à plus d’une semaine…

Un seul de ces éléments (ou encore mieux, une combinaison) et la conclusion s’impose d’elle même : claque ta raclette !

Bon, alors je vais pas t’apprendre à faire une raclette, mais juste énumérer trois points qui me tiennent à cœur (les 10 commandements d’ABAM sont sympa aussi) :

  1. Il faut du fromage à raclette et au lait cru (voilà mon fournisseur officiel). Attention, je dis pas qu’il faut pas toucher à du morbier ou à de la RichesMonts, ça dépanne très très bien, mais on sera quand même un bon cran en dessous.
  2. Appareil demi-meule pour profiter à fond du point 1. D’ailleurs, si à 50 ans on n’a pas un appareil demie-meule, on a quand même raté sa vie !
  3. Concernant les à-côté, « A l’origine, la garniture exclusive était constituée de pommes de terre en robe des champs assaisonnées de poivre, avec des cornichons et des oignons au vinaigre. On a ensuite ajouté [150 trucs divers et variés]. La raclette n’en demande pas tant ! Ce solide plat d’hiver est très bon quand il reste simple. » Marie-Anne Cantin nous a tout dit dans son Guide de l’amateur de fromages.

Qui dit raaaaaaaaaaaaaaclette ?