La cuisine de Bernard – Pesto à l’aubergine

Il était grand temps que je te parle du blog La cuisine de Bernard !
Découvert par hasard avec les Golden Blog Awards de 2010, ça fait donc 8 ans que je le suis.
Pour moi c’est le top du blog de cuisine : des recettes ultra-précises, originales et variées, très bien illustrées avec des photos « pas à pas » de la réalisation, et tout à fait faisables à la maison pour la grande majorité. Il y aussi des « voyages culinaires » qui en mettent plein les yeux.
Pas étonnant donc qu’il ait un grand succès, succès qui s’est transformé en plusieurs livres (qui sont vraiment tops aussi !), des émissions télés, etc…
Le seul reproche que je ferais au blog finalement, c’est sa pub envahissante qui ralentit bien le tout, mais comme c’est devenu son occupation principale à Bernard, ça se comprend aussi… et vu la qualité du contenu j’y retourne sans hésiter.

Par ailleurs j’accroche bien au personnage que je trouve sympathique, passionné comme rarement, perfectionniste et persévérant au point de refaire une recette X fois jusqu’à obtenir exactement ce qu’il veut. Par exemple, 10 litres de pâte avant d’obtenir les crêpes qu’il voulait, 35 essais pour réussir les pastéis de Nata (il adore essayer de « craquer » les recettes secrètes) !

Le prétexte du jour pour parler du blog, c’est que je viens de réaliser sa récente recette de pesto à l’aubergine (en photo).
Je vois pas l’intérêt de copier/coller sa recette, donc va voir sur son blog si ça te tente, mais ce que je peux te dire c’est qu’on a pas été déçu dans la famille, même mon garçon de 3 ans a adoré à ma grande surprise (quand même, c’est à base d’aubergine, avec de l’ail et du poivre !). Alors tu peux y aller les yeux fermés, c’est garanti sur facture !

Pour finir, quelques recettes que j’ai envie de partager pour diverses raisons :

Publicités

… et on part dans le délire de Jean-Kevin !

Jean-Kevin

Jean-Kevin, c’est l’un des personnages du blog ABAM de Guillaume Long.
Jean-Kevin, il maitrise plus le parler djeuns que la cuisine, enfin disons que son crédo quand il croit cuisiner, c’est surtout de pas se faire iech en mode #osef.
Jean-Kevin stuv, tant qu’il peut poser un selfie sur FB de lui en train de cuisiner histoire de pécho easy, raf de la recette gogo yolo.

Bref, si tu veux apprendre comment ne pas faire une carbonara, puis comment la faire, ça se passe ici :

Si c’est plus le taboulé qui te fait kiffer ta race, bro :

Et pour finir, il revient ce jour même avec l’écologie selon Jean-Kevin, où comment faire un burger bio-éco-équitable, tout un programme les huskys !

… et on racle !

raclette

Résumons : t’as fait du ski toute la journée, il fait froid, t’as une faim d’ogre, la journée a été excellente, la journée a été merdique, t’as des potes chez toi catégorie « du lourd à table », ta dernière raclette remonte à plus d’une semaine…

Un seul de ces éléments (ou encore mieux, une combinaison) et la conclusion s’impose d’elle même : claque ta raclette !

Bon, alors je vais pas t’apprendre à faire une raclette, mais juste énumérer trois points qui me tiennent à cœur (les 10 commandements d’ABAM sont sympa aussi) :

  1. Il faut du fromage à raclette et au lait cru (voilà mon fournisseur officiel). Attention, je dis pas qu’il faut pas toucher à du morbier ou à de la RichesMonts, ça dépanne très très bien, mais on sera quand même un bon cran en dessous.
  2. Appareil demi-meule pour profiter à fond du point 1. D’ailleurs, si à 50 ans on n’a pas un appareil demie-meule, on a quand même raté sa vie !
  3. Concernant les à-côté, « A l’origine, la garniture exclusive était constituée de pommes de terre en robe des champs assaisonnées de poivre, avec des cornichons et des oignons au vinaigre. On a ensuite ajouté [150 trucs divers et variés]. La raclette n’en demande pas tant ! Ce solide plat d’hiver est très bon quand il reste simple. » Marie-Anne Cantin nous a tout dit dans son Guide de l’amateur de fromages.

Qui dit raaaaaaaaaaaaaaclette ?